Réponses aux demandes d'information

​Les réponses aux demandes d’information (RDI) sont des rapports de recherches sur les conditions dans les pays. Ils font suite à des demandes des décideurs de la CISR.

La base de données contient les RDI en français et anglais archivées depuis sept ans. Les RDI antérieures sont accessibles sur le site Web European Country of Origin Information Network.

Veuillez noter que certaines RDI contiennent des documents annexés qui ne sont pas accessibles ici en version électronique. Pour obtenir une copie d’un document annexé, veuillez en faire la demande par courriel.

24 juillet 2018

COD106124.F

République démocratique du Congo (RDC) : information sur l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), y compris sur son programme politique, sa structure et ses dirigeants; les documents remis aux membres; information sur ses relations avec le gouvernement et le traitement réservé à ses membres par les autorités (2016-juillet 2018)

Direction des recherches, Commission de l'immigration et du statut de réfugié du Canada, Ottawa

1. L'UDPS

Des sources présentent l'UDPS comme le plus important parti d'opposition de la RDC (RFI 31 mars 2018; IRIN 5 oct. 2017; Freedom House 28 mars 2018). Selon des sources, aux dernières élections, qui se sont tenues en 2011, l'UDPS a remporté 41 sièges sur 500 à l'Assemblée nationale (Freedom House 28 mars 2018; The Carter Center 28 nov. 2011, 67).

Des sources rapportent que l'UDPS fait partie de la plateforme d'opposition Rassemblement des forces politiques et sociales de la RDC acquises au changement [aussi connu comme simplement « Rassemblement » ou « Rassop »]) (Bertelsmann Stiftung 2018, 19; International Crisis Group 4 déc. 2017, 2). Selon des sources, le Rassemblement a été créé en juin 2016 (International Crisis Group 4 déc. 2017, 2; Rassemblement 10 juin 2016). Pour des renseignements sur le Rassemblement, son programme politique et les événements de 2016 à juillet 2017 en RDC, veuillez consulter la réponse à la demande d'information COD105815 de juillet 2017.

1.1 Structure et dirigeants

Dans une communication écrite envoyée à la Direction des recherches, un représentant adjoint de la Fédération du Canada de l'UDPS (UDPS-Canada) a affirmé que le parti a des « organes nationaux », comme le président et le secrétaire général, et des « organes de base », comme la fédération, la section et la cellule (UDPS-Canada 22 juin 2018). Il a aussi signalé que l'UDPS a des organes de base à l'intérieur du pays (fédérations, sections et cellules), ainsi qu'à l'extérieur du pays (appelés des « représentations » et comportant des sections) (UDPS-Canada 22 juin 2018). Selon la même source, le siège de l'UDPS se situe à Kinshasa, en RDC (UDPS-Canada 22 juin 2018).

Des sources signalent qu'Étienne Tshisekedi, dirigeant fondateur de l'UDPS, est décédé le 1er février 2017 (International Crisis Group 4 déc. 2017, 6; IRIN 5 oct. 2017). Selon des sources, il était également à la tête du « Conseils des sages » du Rassemblement (RFI 3 mars 2017; Radio Okapi 23 févr. 2017). Pour des renseignements sur le décès d'Étienne Tshisekedi, veuillez consulter la réponse à la demande d'information COD105815 de juillet 2017.

Le représentant adjoint de l'UDPS-Canada a déclaré que Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo était le président de l'UDPS en date de juin 2018 (UDPS-Canada 22 juin 2018). Selon des sources, Félix Tshisekedi, fils d'Étienne Tshisekedi, a été élu président de l'UDPS entre le 30 et le 31 mars 2018 (International Crisis Group 4 avr. 2018, 13; RFI 31 mars 2018).

Des sources rapportent que Jean-Marc Kabund [Kabund-A-Kabund] est secrétaire général de l'UDPS (UDPS Canada 9 juin 2018; Actualite.cd 6 juin 2018; L'Avenir 8 févr. 2018). IRIN signale en octobre 2017 que Rubens Mikindo est le secrétaire général adjoint de l'UDPS (IRIN 5 oct. 2017). Selon Actualite.cd, un portail d'information congolais, le 15 mai 2018, le président de l'UDPS a nommé 7 secrétaires généraux adjoints, 22 secrétaires nationaux et 63 secrétaires généraux adjoints (Actualite.cd 15 mai 2018).

1.2 Événements 2017-2018

Des sources rapportent que le décès du leader de l'UDPS Étienne Tshisekedi, le 1er février 2017, laisse le parti divisé par des luttes intestines (International Crisis Group 4 déc. 2017, 6-7; IRIN 5 oct. 2017). Selon l'International Crisis Group, l'UDPS « s’est fragmenté entre plusieurs factions dont certaines ont refusé que Félix, le fils d’Etienne, reprenne la tête du parti » (International Crisis Group 4 déc. 2017, 6-7).

En avril 2017, selon des sources, le président Kabila nomme Bruno Tshibala, un ancien membre de l'UDPS expulsé du parti le mois précédent, premier ministre du gouvernement de transition (International Crisis Group 4 déc. 2017, 7; Allemagne 10 avr. 2017). Des sources signalent que cette nomination était contraire à un accord politique signé le 31 décembre 2016 (IRIN 5 oct. 2017; Allemagne 10 avr. 2017) entre le gouvernement et l'opposition sur le partage du pouvoir (Allemagne 10 avr. 2017). Selon l'Office fédéral des migrations et des réfugiés (Bundesamt für Migration und Flüchtlinge) de l'Allemagne, le Rassemblement était censé choisir le premier ministre et avait réclamé Félix Tshisekedi pour le poste, ce qui avait été rejeté par le président Kabila (Allemagne 10 avr. 2017). Selon l'International Crisis Group, « [e]n choisissant Tshibala, Kabila a évité de nommer de façon trop flagrante quelqu’un qui le soutenait tout en violant clairement les principes de l’accord stipulant qu’il incombait au Rassemblement de nommer le Premier ministre » (International Crisis Group 4 déc. 2017, 7). Cette nomination, selon des sources, a été perçue comme une tentative du gouvernement d'exploiter les tensions au sein de l'UDPS (African Arguments 15 juin 2017) ou de l'opposition (Allemagne 10 avr. 2017).

Freedom House rapporte que cette nomination a exacerbé les tensions entre le pouvoir et l'opposition et qu'en septembre 2017, Félix Tshisekedi a refusé de poursuivre le dialogue national (Freedom House 28 mars 2018). IRIN rapporte de même que, lors d'une entrevue, Rubens Mikindo a exclu la possibilité de tout autre dialogue avec Kabila (IRIN 5 oct. 2017). La même source rapporte que l'UDPS a alors appelé à une nouvelle vague de désobéissance civile (IRIN 5 oct. 2017).

Des sources signalent que des élections sont prévues en RDC en décembre 2018 (Human Rights Watch 29 juin 2018; International Crisis Group 4 avr. 2018, i; Freedom House 28 mars 2018). Selon l'International Crisis Group, l'opposition se repositionne en raison de l'éventualité des élections : le Rassemblement se fragmente tandis que l'UDPS de Félix Tshisekedi « suit son propre chemin » par rapport aux plus petits partis d'opposition (International Crisis Group 4 avr. 2018, 13). Des sources signalent que Félix Tshisekedi a été choisi, le 31 mars 2018, par l'UDPS comme candidat potentiel aux élections présidentielles de décembre 2018 (International Crisis Group 4 avr. 2018, 13; RFI 31 mars 2018; AFP 31 mars 2018). Sur le site Internet de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) de la RDC, parmi les 599 partis politiques du pays, quatre portent la dénomination UDPS : UDPS/Tshibala, UDPS/Rénové, UDPS/Kibassa et UDPS/Tshisekedi (RDC 2018).

2. Traitement réservé aux membres par les autorités et les forces de sécurité

Des sources rapportent que le siège de l'UDPS a été attaqué lors de violences à Kinshasa les 19 et 20 septembre 2016 (É.-U. 3 mars 2017, 26; Allemagne 26 sept. 2016; Nations Unies 22 sept. 2016). Plusieurs partis politiques d'opposition auraient été touchés (É.-U. 3 mars 2017, 26; Nations Unies 22 sept. 2016) ainsi que certains partis de la coalition gouvernementale et certains éléments de l'État (É.-U. 3 mars 2017, 26; Allemagne 26 sept. 2016; Nations Unies 22 sept. 2016). Selon les Country Reports on Human Rights Practices for 2016 du Département d'État des États-Unis, les violences ont éclaté lors de manifestations pour protester contre l'incapacité du gouvernement d'organiser des élections en accord avec la constitution (É.-U. 3 mars 2017, 25). Des sources signalent que l'attaque contre le siège de l'UDPS aurait été commise par les forces de sécurité de l'État (É.-U. 3 mars 2017, 26; Nations Unies 22 sept. 2016). Selon les Country Reports 2016 des États-Unis,

[traduction]

[les forces de sécurité] ont tué jusqu'à 11 civils lors de l'attaque contre le quartier général de l'UDPS, dont sept ont été brûlés à mort, peut-être après avoir été torturés et attaqués à coups de machettes. Des témoins oculaires ont rapporté que [les forces de sécurité de l'État] avaient bloqué les efforts pour éteindre les incendies et empêché les civils brûlés lors de l'attaque contre le siège de l'UDPS d'obtenir de l'aide médicale (É.-U. 3 mars 2017, 26).

Des sources affirment que Bruno Tshibala, alors secrétaire général adjoint de l'UDPS, a été arrêté par les autorités le 9 octobre 2016 à l'aéroport de Kinshasa (Human Rights Watch 16 nov. 2016; Jeune Afrique avec l'AFP 10 oct. 2016), alors qu'il était censé partir pour une « "mission officielle pour le parti" » (Jeune Afrique avec l'AFP 10 oct. 2016). Selon Human Rights Watch, il a été détenu et « accusé de complot visant à perpétrer un massacre, des actes de pillage et de dévastation » (Human Rights Watch 16 nov. 2016).

Selon un rapport du Bureau conjoint des Nations Unies aux droits de l'homme (BCNUDH), des violations des droits de la personne ont été commises lors de manifestations pacifiques de l'opposition, dont l'UDPS, contre le maintien du président Joseph Kabila au pouvoir après la fin de son mandat, qui devait se terminer le 19 décembre 2016 (Nations Unies févr. 2017, paragr. 9). Selon ce rapport, entre le 20 et le 22 décembre 2016, deux membres de l'UDPS « ont été arrêt[és] dans la commune de Katuba par des agents de l'ANR [Agence nationale de renseignement] qui les accusaient d'être les principaux organisateurs des manifestations du 19 et du 20 décembre » et qui les ont détenus et accusés de rébellion et de vols qualifiés (Nations Unies févr. 2017, paragr. 57). Selon la même source, trois militants de l'UDPS ont également été arrêtés le 21 décembre 2016 à Kasumbalesa parce que l'un d'eux portait un t-shirt à l'effigie du président national de l'UDPS; ils ont été accusés de « rébellion et troubles à l'ordre public », et ils étaient toujours détenus et en attente de leur procès en février 2017 (Nations Unies févr. 2017, paragr. 58). Parmi les sources qu'elle a consultées dans les délais fixés, la Direction des recherches n'a trouvé aucun renseignement sur leur procès.

Le 1er février 2017, selon Human Rights Watch, des affrontements ont eu lieu entre des foules qui s'étaient rassemblées près de la maison d'Étienne Tshisekedi et du siège de l'UDPS, à la suite du décès de celui-ci à Bruxelles (Human Rights Watch 2 févr. 2017). La même source précise que les foules lançaient des pierres et des injures contre le président Kabila et que la police a répondu avec du gaz lacrymogène (Human Rights Watch 2 févr. 2017). Le secrétaire général des Nations Unies signale que les services de sécurité et les partisans de l'UDPS se sont à nouveau affrontés au siège du parti durant le mois d'avril 2017 en raison de désaccords entre le gouvernement et l'UDPS au sujet du rapatriement et de l'inhumation du corps d'Étienne Tshisekedi (Nations Unies 30 juin 2017, paragr. 6).

En juin 2017, selon les Country Reports 2017 des États-Unis, le président de la Ligue des jeunes de l'UDPS, David Mukeba, a été arrêté à Kisangani pour avoir critiqué le processus d'inscription des électeurs, et l'ANR l'a détenu au secret jusqu'à sa libération le 31 août 2017 (É.-U. 20 avr. 2018, 9).

Selon des sources, le gouvernement a arrêté des partisans de l'UDPS en octobre 2017, avant une visite de Félix Tshisekedi à Lubumbashi (Freedom House 28 mars 2018; RFI 23 oct. 2017). Selon les Country Reports 2017 des États-Unis, [traduction] « les forces de sécurité ont pris d'assaut le bureau du parti de l'UDPS à Lubumbashi et auraient arrêté 32 membres du parti pour avoir prévu de tenir une réunion publique non autorisée », et d'autres personnes cherchant à accueillir M. Tshisekedi à son arrivée à l'aéroport ont aussi été arrêtés et gazées (É.-U. 20 avr. 2018, 25-26).

Des sources signalent qu'en novembre 2017, le passeport de Jean-Marc Kabund a été confisqué à l'aéroport de Kinshasa et que celui-ci a été empêché de quitter le pays (É.-U. 20 avr. 2018, 28; Mediacongo.net 23 nov. 2017).

Toutefois, des sources signalent qu'un rassemblement de l'UDPS a été autorisé à Kinshasa le 24 avril 2018 (Jeune Afrique 25 avr. 2018; AFP 25 avr. 2018). Selon des sources, il s'agissait du premier rassemblement autorisé du parti depuis septembre 2016 (Jeune Afrique 25 avr. 2018; AFP 25 avr. 2018). Amnesty International rapporte que « le rassemblement a eu lieu sans incident » (Amnesty International 18 mai 2018, note 13). Selon l'AFP, les Nations Unies ont salué la décision des autorités congolaises d'autoriser la réunion (AFP 25 avr. 2018). Cependant, des sources signalent qu'un autre rassemblement de l'UDPS, qui devait avoir lieu à Uvira (Sud-Kivu) le 6 mai 2018, a été interdit par les autorités (Amnesty International 18 mai 2018, note 13; RFI 7 mai 2018). Selon Radio France internationale (RFI), les autorités ont invoqué des motifs sécuritaires pour interdire le rassemblement (RFI 7 mai 2018). Des sources signalent cependant que le parti a tout de même tenu sa réunion (RFI 7 mai 2018; Forum des As 9 mai 2018).

Pour des renseignements sur le traitement réservé aux réfugiés et demandeurs d'asile déboutés membres de l'UDPS qui retournent en RDC, veuillez consulter la réponse à la demande d'information COD105818 de juillet 2017.

3. Documents remis aux membres de l'UDPS

Dans un communiqué daté du 11 août 2017, l'UDPS signale qu'une nouvelle carte biométrique du parti devait être lancée officiellement le 12 août 2017 (UDPS Canada 11 août 2017). Le portail d'actualités Mediacongo.net rapporte que l'UDPS a procédé, le 18 septembre 2017, au lancement officiel de la vente des cartes biométriques, en précisant que « l'UDPS a déjà lancé, depuis des mois, cette carte biométrique […] [m]ais [que] c'est maintenant que sa vente débute de manière officielle » (Mediacongo.net 19 sept. 2017). Dans une communication écrite envoyée à la Direction des recherches, le représentant et président fédéral de l'UDPS-Canada a noté que la carte biométrique remplacera progressivement la carte papier délivrée en 2015 et que cette dernière demeure valable tant que le membre n'a pas acquis sa nouvelle carte biométrique (UDPS-Canada 18 juill. 2018).

Selon Mediacongo.net, la nouvelle carte biométrique coûte 6 000 francs congolais (CDF) [environ 5 $CAN], et l'adhérant devra payer un supplément de 1 000 CDF pour « la fiche à remplir » et fournir deux photos de passeport (Mediacongo.net 19 sept. 2017). Un article de La Tempête des tropiques, un journal congolais, ajoute que la carte coûte « 25 [e]uros pour les Congolais habitant l’Europe et 35 $ US pour ceux des États-Unis » (La Tempête des tropiques 14 août 2017). Parmi les sources qu'elle a consultées dans les délais fixés, la Direction des recherches n'a pas trouvé d'autres renseignements allant dans le même sens.

Une copie du recto et du verso d'une carte de membre de l'UDPS a été annexée à la présente réponse (document annexé 1).

Selon le représentant adjoint de l'UDPS-Canada, les cartes sont délivrées aux organes de base par le secrétariat général du parti et les fiches des cartes biométriques sont enregistrées au niveau des cellules et des sections (UDPS-Canada 22 juin 2018). La même source a décrit la procédure suivante :

  1. Pour obtenir une carte, il faut d'abord s'enregistrer comme membre au niveau de la base du parti (cellule ou section) et ensuite s'acquitter des exigences statutaires. La procédure est la même au pays ou à l'extérieur;
  2. Une fois l'enregistrement [effectué] conformément aux statuts, la fiche d'adhésion est envoyée au secrétariat général pour émission de la carte (UDPS-Canada 22 juin 2018).

Un spécimen d'une fiche d'adhésion a été annexé à la présente réponse (document annexé 2).

Le représentant et président de l'UDPS-Canada a signalé ce qui suit :

[T]out membre de l'UDPS peut solliciter et recevoir auprès de sa section d'attache une attestation de membre, un document par lequel la section d'attache du titulaire reconnaît que celui-ci est membre régulier de l'UDPS. Initiée par la section, l'attestation de membre sera signée par le représentant ou le représentant-adjoint (UDPS-Canada 18 juill. 2018).

Un spécimen d'attestation de membre a été annexé à la présente réponse (document annexé 3).

Dans une communication écrite subséquente envoyée à la Direction des recherches, le représentant et président a précisé que l'attestation est une preuve de plus que le membre est connu localement et qu'ensemble ou séparément, la carte de membre et l'attestation attestent la qualité de membre de l'UDPS-Canada (UDPS-Canada 20 juill. 2018).

Le représentant adjoint a signalé qu'au Canada, en plus de la carte ou fiche d'adhésion et de l'attestation, chaque membre est censé détenir les textes réglementaires du parti (UDPS-Canada 22 juin 2018).

Cette réponse a été préparée par la Direction des recherches à l'aide de renseignements puisés dans les sources qui sont à la disposition du public, et auxquelles la Direction des recherches a pu avoir accès dans les délais fixés. Cette réponse n'apporte pas, ni ne prétend apporter, de preuves concluantes quant au fondement d'une demande d'asile. Veuillez trouver ci-dessous les sources consultées pour la réponse à cette demande d'information.

Références

Actualite.cd. 6 juin 2018. Stanys Bujakera Tshiamala. « RDC : Après les partisans de Katumbi, l'UDPS à son tour pose des conditions pour participer aux élections ». [Date de consultation : 20 juin 2018]

Actualite.cd. 15 mai 2018. Stanys Bujakera Tshiamala. « RDC : mise en place du directoire de l'UDPS avec un nouveau porte-parole ». [Date de consultation : 20 juin 2018]

African Arguments. 15 juin 2017. Kris Berwouts. « Trench War : The Factions That Make Up DR Congo's Fragmented Landscape ». [Date de consultation : 5 juill. 2018]

Agence France-Presse (AFP). 25 avril 2018. « Manifestations de l'opposition en RDC : l'ONU optimiste mais prudente ». [Date de consultation : 15 juin 2018]

Agence France-Presse (AFP). 31 mars 2018. « Présidentielle de décembre : Félix Tshisekedi, candidat potentiel de l'UDPS ». [Date de consultation : 21 juin 2018]

Allemagne. 10 avril 2017. Bundesamt für Migration und Flüchtlinge. « Briefing Notes ». [Date de consultation : 5 juill. 2017]

Allemagne. 26 septembre 2016. Bundesamt für Migration und Flüchtlinge. « Briefing Notes ». [Date de consultation : 15 juin 2018]

Amnesty International. 18 mai 2018. « RDC. Un espace civique toujours réprimé malgré le discours officiel ». (AFR 62/8395/2018) [Date de consultation : 20 juin 2018]

L'Avenir. 8 février 2018. Bernetel Makambo.« Faisant des révélations troublantes sur F. Tshisekedi, V. Mubake, Kabun jette le pavé dans la mare ». (Factiva) [Date de consultation : 15 juin 2018]

Bertelsmann Stiftung. 2018. « Congo, DR ». Bertelsmann Stiftung's Transformation Index (BTI) 2018 Country Report. [Date de consultation : 23 juill. 2018]

The Carter Center. 28 novembre 2011. Élections présidentielles et législatives - République démocratique du Congo : Rapport final. [Date de consultation : 9 juill. 2018]

États-Unis (É.-U.). 20 avril 2018. Departement of State. « Democratic Republic of the Congo ». Country Reports on Human Rights Practices for 2017. [Date de consultation : 21 juin 2018]

États-Unis (É.-U.). 3 mars 2017. Departement of State. « Democratic Republic of the Congo ». Country Reports on Human Rights Practices for 2016. [Date de consultation : 15 juin 2018]

Forum des As. 9 mai 2018. « Attendu au mois de juillet prochain à Kinshasa : Antonio Guterres face à un agenda pour la RDC ». [Date de consultation : 21 juin 2018]

Freedom House. 28 mars 2018. « Congo, Democratic Republic of (Kinshasa) ». Freedom in the World 2018. [Date de consultation : 13 juin 2018]

Human Rights Watch. 29 juin 2018. « RD Congo : La répression perdure tandis que la date limite fixée pour les élections approche ». [Date de consultation : 5 juill. 2018]

Human Rights Watch. 2 février 2017. Ida Sawyer. « Congolese Mourn Death of Prominent Opposition Leader ». [Date de consultation: 14 juin 2018]

Human Rights Watch. 16 novembre 2016. « RD Congo : Prisonniers politiques en détention ». [Date de consultation : 14 juin 2018]

International Crisis Group. 4 avril 2018. Poker électoral en RD Congo. Rapport Afrique n° 259. [Date de consultation : 12 juin 2018]

International Crisis Group. 4 décembre 2017. Vers une action concertée en RDC. Rapport Afrique n° 257. [Date de consultation : 15 juin 2018]

IRIN. 5 octobre 2017. Philip Kleinfeld. « Kabila Sits Tight as Congo Crumbles ». [Date de consultation : 13 juin 2018]

Jeune Afrique. 25 avril 2018. « RDC : Félix Tshisekedi à l'offensive pour le premier meeting de l'UDPS depuis 2016 ». [Date de consultation : 14 juin 2018]

Jeune Afrique avec l'Agence France-Presse (AFP). 10 octobre 2016. « RDC : arrestation de Bruno Tshibala, secrétaire général adjoint de l'UDPS ». [Date de consultation : 20 juin 2018]

Mediacongo.net. 23 novembre 2017. « Jean Marc Kabund empêché de voyager, mercredi, à l'aéroport de N'djili ». [Date de consultation : 20 juin 2018]

Mediacongo.net. 19 septembre 2017. « L'UDPS lance la vente des cartes biométriques à ses membres ». [Date de consultation : 20 juin 2018]

Nations Unies. 30 juin 2017. Conseil de sécurité. Rapport du Secrétaire général sur la mission de l'Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo. (S/2017/565) [Date de consultation : 15 juin 2018]

Nations Unies. Février 2017. Bureau conjoint des Nations Unies aux droits de l'Homme (BCNUDH). Rapport sur les violations des droits de l'homme en République démocratique du Congo dans le contexte des événements du 19 décembre 2016. [Date de consultation : 22 juin 2018]

Nations Unies. 22 septembre 2016. Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme. « RDC : Zeid met en garde contre une détérioration de la situation et réclame des comptes pour les heurts meurtriers ». [Date de consultation : 15 juin 2018]

Radio France internationale (RFI). 7 mai 2018. « RDC : Malgré l'interdiction, l'UDPS tient son meeting à Uvira ». [Date de consultation : 14 juin 2018]

Radio France internationale (RFI). 31 mars 2018. « RDC : Félix Tshisekedi élu à la tête de l'UDPS, en marche pour la présidentielle ». [Date de consultation : 14 juin 2018]

Radio France internationale (RFI). 23 octobre 2017. « RDC : avant l'arrivée de Tshisekedi, des opposants arrêtés à Lubumbashi ». [Date de consultation : 20 juin 2018]

Radio France internationale (RFI). 3 mars 2017. « RDC : le Rassemblement de l'opposition choisit ses leaders ». [Date de consultation : 20 juin 2018]

Radio Okapi. 23 février 2017. « Le Rassemblement de l'opposition définit le profil du successeur d'Étienne Tshisekedi ». [Date de consultation : 20 juin 2018]

Rassemblement des forces politiques et sociales de la RDC acquises au changement (Rassemblement). 10 juin 2016. « Acte d'engagement des forces politiques et sociales, Genval ». [Date de consultation : 21 juin 2018]

République démocratique du Congo (RDC). 2018. Commission électorale nationale indépendante (CENI). « Listes des partis politiques en RDC ». [Date de consultation : 5 juill. 2018]

La Tempête des tropiques. 14 août 2017. « Pour affronter les futures élections : l'UDPS lance sa carte biométrique ». [Date de consultation : 20 juin 2018]

Union pour la démocratie et le progrès social - Fédération du Canada (UDPS-Canada). 20 juillet 2018. Communication écrite envoyée à la Direction des recherches par le représentant et président fédéral.

Union pour la démocratie et le progrès social - Fédération du Canada (UDPS-Canada). 18 juillet 2018. Communication écrite envoyée à la Direction des recherches par le représentant et président fédéral.

Union pour la démocratie et le progrès social - Fédération du Canada (UDPS-Canada). 22 juin 2018. Communication écrite envoyée à la Direction des recherches par un représentant adjoint.

Union pour la démocratie et le progrès social - Fédération du Canada (UDPS-Canada). 9 juin 2018. « Meeting du secrétaire général Jean-Marc Kabund à Mbuji Mayi ». [Date de consultation : 19 juin 2018]

Union pour la démocratie et le progrès social - Fédération du Canada (UDPS-Canada). 11 août 2017. Sylvain Kalombo Mfunyi. « Lancement de la carte de membre biométrique ». [Date de consultation : 14 juin 2018]

Autres sources consultées

Sources orales : UDPS – Fédération d'Afrique du Sud; UDPS – Fédération de Belgique.

Sites Internet, y compris : ecoi.net; Nations Unies – Refworld; Political Handbook of the World.

Documents annexés

  1. Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS). S.d. Recto et verso d'une carte de membre de l'UDPS. Envoyé à la Direction des recherches par un représentant adjoint de la fédération de l'UDPS au Canada, 9 juillet 2018.
  2. Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS). S.d. Spécimen d'une fiche d'adhésion à l'UDPS. Envoyé à la Direction des recherches par un représentant adjoint de la fédération de l'UDPS au Canada, 22 juin 2018.
  3. Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS). S.d. Spécimen d'attestation. Envoyé à la Direction des recherches par le représentant et président fédéral de la fédération de l'UDPS au Canada, 18 juillet 2018.