Réponses aux demandes d'information

Les réponses aux demandes d’information (RDI) sont des rapports de recherches sur les conditions dans les pays. Ils font suite à des demandes des décideurs de la CISR.

La base de données contient les RDI en français et anglais archivées depuis sept ans. Les RDI antérieures sont accessibles sur le site Web Refworld du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés.

Veuillez noter que certaines RDI contiennent des documents annexés qui ne sont pas accessibles ici en version électronique. Pour obtenir une copie d’un document annexé, veuillez en faire la demande par courriel.

28 avril 2017

IND105780.EF

Inde : information sur les procédures de contrôle de sécurité dans les aéroports pour les passagers embarquant à bord de vols internationaux (2015-mai 2017)

Direction des recherches, Commission de l'immigration et du statut de réfugié du Canada, Ottawa

1. Organismes responsables des contrôles de sécurité dans les aéroports de l’Inde
1.1 Bureau de la sécurité de l’aviation civile (Bureau of Civil Aviation Security -BCAS)

Le Comité parlementaire permanent du transport, du tourisme et de la culture (Parliamentary Standing Committee on Transport, Tourism and Culture) [1] affirme que le Bureau de la sécurité de l’aviation civile (Bureau of Civil Aviation Security - BCAS) [traduction] « est l’organisme désigné pour assurer la sécurité conformément à la réglementation de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) » (Inde 21 déc. 2015, paragr. 2). Selon son propre site Internet, le BCAS [traduction] « est l’autorité réglementaire en matière de sûreté de l’aviation civile en Inde » (Inde s.d.a). Des sources affirment que le BCAS a été fondé en 1978, par suite du détournement d’un avion d’Indian Airlines en 1976, et qu’il est devenu un organisme distinct relevant du ministère de l’Aviation civile (Civil Aviation Ministry) suivant le bombardement du Kanishka d’Air India en 1987 (Indian Express 10 févr. 2016; Inde s.d.a).

Selon le site Internet du BCAS, les principales fonctions de l’organisme sont les suivantes :

[traduction]

Établir les normes en matière de sûreté aérienne, conformément à l’annexe 17 de la Convention de Chicago de l’OACI, pour les exploitants d’aéroports, les exploitants de lignes aériennes et les organismes de sécurité responsables de la mise en œuvre des mesures de sûreté aérienne.

Surveiller la mise en application des règles et règlements de sécurité et mener des études sur les besoins en matière de sûreté.

Veiller à ce que les personnes responsables de l’exécution des contrôles de sécurité aient suivi la formation adéquate et possèdent toutes les compétences nécessaires pour accomplir leurs fonctions.

Planifier et coordonner des dossiers relatifs à la sûreté de l’aviation.

Effectuer :

des vérifications sans préavis ou incognito pour mettre à l’épreuve les compétences et la vigilance du personnel de sécurité;

des exercices de simulation pour tester l’efficacité des plans d’urgence et de la préparation opérationnelle des divers organismes (Inde s.d.a).

Le Comité permanent affirme qu’il existe plusieurs organismes responsables de la sécurité dans les différents aéroports, notamment [traduction] « des services policiers spécialisés, des services de police d’État et des organismes de sécurité aéroportuaire », et il ajoute que le BCAS « coordonne le travail des divers organismes pour veiller à ce qu’ils respectent toutes les normes de sûreté » (Inde 21 déc. 2015, paragraphe 3).

1.2 Force centrale de sécurité industrielle (Central Industrial Security Force - CISF)

Selon son site Internet, la Force centrale de sécurité industrielle (Central Industrial Security Force - CISF) a été fondée en 1969 pour assurer la sécurité des [traduction] « entreprises de services publics », mais son mandat s’est élargi depuis, et elle est « devenue une agence de sécurité polyvalente de première importance au pays, qui a pour mandat d’assurer la sécurité des principales infrastructures essentielles du pays dans divers domaines » (Inde s.d.b). On peut également lire sur le site Internet de la CISF que celle-ci [traduction] « assure actuellement la sécurité d’installations nucléaires, de stations spatiales, d’aéroports, de ports maritimes, de centrales électriques, d’édifices gouvernementaux à sécurité élevée, et [même] de monuments patrimoniaux » (Inde s.d.b).

Le Comité permanent explique que la CISF a commencé à assurer la sécurité dans les aéroports en 2000, à la suite d’un détournement survenu en décembre 1999, et qu’elle est actuellement responsable de la sécurité dans 59 des 98 aéroports de l’Inde; 53 de ces 59 aéroports relèvent de l’Autorité aéroportuaire de l’Inde (Airports Authority of India -AAI) [2], et six sont des aéroports privés ou des coentreprises (Inde 21 déc. 2015, paragraphe 16). Une liste des aéroports dont la sécurité est assurée par la CISF, qui accompagnait le rapport du Comité permanent, est annexée à la présente réponse.

Le Comité permanent explique que la CISF compte trois unités opérationnelles au sein du groupe de la sûreté aérienne :

[traduction]

  1. L’Unité de prévention des détournements, qui s’occupe des contrôles de sécurité des passagers et des bagages de cabine avant l’embarquement, et du contrôle de l’accès des passagers, des visiteurs, du personnel de divers organismes, du personnel de restauration, des marchandises et des services de messagerie dans l’aéroport;
  2. L’Unité de protection, qui est responsable de la protection de l’aéroport et de son périmètre, de l’équipe d’intervention rapide, et de la coordination des aéronefs dans les situations d’urgence (sauf dans les enclaves civiles);
  3. L’Unité du renseignement et de la surveillance, qui se charge de la surveillance dans les aéroports à des fins de sécurité (Inde 21 déc. 2015, paragraphe 37, italique dans l’original).

Le Comité permanent fait également observer que, [traduction] « dans certains aéroports où la CISF n’est pas encore présente, la force policière de l’État est le principal organisme chargé des fonctions liées à la sécurité, comme les contrôles de sécurité précédant l’embarquement, la protection des installations aéroportuaires et les fonctions de renseignement et de surveillance » (Inde 21 déc. 2015, paragraphe 33). Sans fournir de précisions quant aux dates, des sources signalent que la CISF se chargera des contrôles de sécurité de dix autres aéroports, dont ceux de Jabalpur, de Jamnagar (India Today 8 mars 2017; The Times of India 7 mars 2017) et de Vijaywada (India Today 8 mars 2017).

1.3 Bureau de l’immigration (Bureau of Immigration - BOI)

L’AAI explique que [traduction] « [l]es services d’immigration dans les principaux aéroports internationaux de l’Inde […] sont administrés par le Bureau de l’immigration (Bureau of Immigration - BOI) » (Inde s.d.c). En ce qui concerne la sécurité dans les aéroports, le Comité permanent affirme que le BOI [traduction] « contrôle les passagers qui arrivent de l’étranger ou qui partent à l’étranger » (Inde 21 déc. 2015, para. 31). On peut lire sur le site Internet du BOI [traduction] « [qu’]il y a 86 postes de contrôle de l’immigration (Immigration Check Posts - ICP) dans l’ensemble de l’Inde » et que, « [d]e ce nombre, 37 ICP relèvent du BOI, et les autres sont administrés par le gouvernement de l’État où ils se trouvent » (Inde s.d.d).

2. Procédures de contrôle pour les départs à bord de vols internationaux
2.1 Entrée à l’aéroport

Des médias affirment qu’en Inde, seuls les passagers sont autorisés à entrer dans l’aéroport (Reuters 23 mars 2016; The Times of India 23 mars 2016). Selon les règles de 2011 sur la sécurité des aéronefs (Aircraft (Security) Rules, 2011) du ministère de l’Aviation civile, [traduction] « l’entrée dans l’aérodrome n’est autorisée qu’aux personnes possédant un billet d’entrée ou un permis d’entrée dans l’aérodrome », et « [p]ersonne n’est autorisé à entrer dans l’aérodrome à moins d’avoir obtenu un billet d’entrée ou un permis d’entrée dans l’aérodrome » (Inde 19 janv. 2012, paragraphe 18(5)).

Dans son avis concernant les cartes d’embarquement obtenues en ligne, le BCAS explique que

[traduction]

[l]es passagers possédant une confirmation de billet électronique seront admis dans le terminal de départ seulement après vérification de l’authenticité de leur billet électronique et de leur propre identité. À cette fin, les passagers concernés doivent présenter une pièce d’identité valide avec photo (le passeport dans le cas des ressortissants étrangers) avant d’être autorisés à entrer dans le terminal (Inde s.d.e).

Selon le rapport du Comité permanent,

[traduction]

[o]n procède au contrôle des passagers, du personnel et des visiteurs aux points d’entrée de l’aéroport, au moyen de portiques de détection ou de détecteurs de métaux manuels (HHMD) et de fouilles sommaires aléatoires, selon l’emplacement géographique et les données reçues des organismes de renseignement (Inde 21 déc. 2015, paragraphe 20).

Le Hindustan Times, un quotidien de langue anglaise en Inde (HT Media s.d.), fait état de nombreux cas où des personnes sont entrées dans l’aéroport international Indira-Gandhi de Delhi avec des billets électroniques frauduleux ou contrefaits en 2015 et en 2016 (Hindustan Times 9 sept. 2016). Le Telegraph (Inde), un quotidien de langue anglaise de Calcutta (The Telegraph (Inde) s.d.), écrit que de tels incidents se sont produits dans sept aéroports importants de l’Inde en 2016, y compris à l’aéroport international Indira-Gandhi (The Telegraph (Inde) 24 oct. 2016). On peut lire dans le magazine indien India Today (India Today Group s.d.) que, en 2015, [traduction] « quelqu’un était intercepté tous les 15 jours pour être entré dans l’aéroport avec un faux billet électronique » et que, en 2016, « la CISF appréhendait un individu tous les 10 jours parce qu’il s’était introduit [dans l’aéroport] avec un faux billet électronique » (India Today 17 sept. 2016).

Des médias affirment que, en prévision d’une visite du président des États-Unis Barack Obama en Inde en janvier 2015, le personnel de la CISF a procédé à des exercices dans 59 aéroports de l’Inde (Mumbai Mirror 4 janv. 2015; The Economic Times 22 janv. 2015). Selon le quotidien financier indien de langue anglaise Economic Times (Factiva s.d.a), les exercices visaient à [traduction] « vérifier l’état de préparation du personnel de sécurité » et étaient effectués par des membres de la CISF qui se faisaient passer pour des passagers et qui tentaient de repérer les failles dans la sécurité (The Economic Times 22 janv. 2015). On peut lire dans le Mumbai Mirror, un quotidien de Mumbai publié en anglais (Factiva s.d.b), qu’une équipe de quatre membres de la CISF a réussi à entrer dans l’aéroport international de Mumbai au moyen de faux billets électroniques, mais a été interceptée avant d’avoir franchi le contrôle de sécurité (Mumbai Mirror 4 janv. 2015).

Des sources ont signalé que l’aéroport international Indira-Gandhi de Delhi devait mener, en septembre 2016, un projet pilote consistant à installer des lecteurs de codes à barres servant à vérifier les cartes d’embarquement (India Today 17 Sept. 2016; The Times of India 21 sept. 2016). L’India Today cite un représentant de la CISF qui explique que le lecteur [traduction] « enregistrera l’information sur le passager à son entrée dans l’édifice, pendant [le] processus d’enregistrement, après [le] contrôle de sécurité, puis une dernière fois lorsqu’il aura franchi la porte d’embarquement » (India Today 17 sept. 2016). De même, le Times of India a signalé dans un article de septembre 2016 que l’aéroport international de Pune devait se doter de lecteurs de codes à barres (The Times of India 21 sept. 2016). Des sources affirment qu’aux aéroports de Bengaluru (Bangalore) et d’Hyderabad, des lecteurs étaient également mis à l’essai (India Today 17 sept. 2016) ou étaient [traduction] « en cours d’installation » (The Times of India 21 sept. 2016).

2.2 Contrôle de sécurité

Les règles de 2011 sur la sécurité des aéronefs prévoient que, [traduction] « [a]vant l’embarquement, tout passager au départ ou en transit qui embarque à bord d’un aéronef, de même que ses bagages à main, s’il y a lieu, doivent faire l’objet d’un contrôle de sécurité effectué par un agent du groupe de la sûreté aérienne ou par un agent dûment autorisé par le commissaire » (Inde 19 janv. 2012, article 21(1)). Le BCAS explique qu’il a [traduction] « mis en place des procédures normalisées de contrôle de sécurité pour tous les aéroports du pays. Par conséquent, vous pouvez vous attendre essentiellement à la même procédure dans chaque aéroport où vous vous rendez » (Inde s.d.f). Air India précise que [traduction] « [l]es règlements en matière de sûreté sont établis par le Bureau de la sécurité de l’aviation civile et tous les exploitants sont tenus de les respecter », et énumère « certaines procédures de sécurité » :

[traduction]

Le billet et l’identité sont vérifiés à l’entrée dans le terminal ou à l’arrivée au comptoir;

Les bagages enregistrés sont examinés à l’aide d’appareils à rayons X;

Les passagers sont soumis à une fouille sommaire et/ou à une vérification au moyen d’un portique de détection ou d’un détecteur de métaux manuel;

Les bagages de cabine sont examinés soit à l’aide d’appareils à rayons X, soit par inspection manuelle;

Le personnel de sécurité appose un timbre de sécurité sur les cartes d’embarquement et les étiquettes des bagages de cabine;

En situation d’alerte, une vérification de sécurité additionnelle est effectuée avant l’embarquement;

Les passagers peuvent être tenus d’identifier leurs bagages enregistrés. [C]ependant, certains aéroports assurent le jumelage des bagages;

Si vous souhaitez sortir de la zone d’attente après avoir franchi le contrôle de sécurité, vous devez obtenir une nouvelle carte d’embarquement en remplacement de la première en vous adressant au comptoir d’enregistrement d’AIR INDIA. [D]ans un tel cas, vous devez vous soumettre de nouveau au contrôle de sécurité. [C]ette démarche n’est possible qu’en cas d’extrême urgence (Air India s.d.a.).

Le Times of India signale que les aéroports de Srinagar et de Jammu respectent le [traduction] « plan d’aménagement » de sécurité, c’est-à-dire que « la vérification des passagers et des bagages s’effectue avant l’entrée dans les terminaux » (The Times of India 23 mars 2016). On peut lire dans le Hindu, un quotidien de Chennai (The Hindu s.d.), qu’aux aéroports de Srinagar et de Jammu, les passagers [traduction] « doivent se soumettre à six contrôles de sécurité, dont une fouille par palpation, après leur entrée dans l’aéroport », et que, « [à] l’aéroport de Srinagar, les passagers n’ont même pas le droit de transporter leurs sacs à main au moment de l’embarquement » (The Hindu 9 août 2015).

2.3 Contrôle d’immigration

Selon le BOI, [traduction] « [t]ous les passagers, qu’ils soient Indiens ou étrangers, font l’objet d’un contrôle d’immigration à l’arrivée et au départ » (Inde s.d.g). La même source ajoute que [traduction] « les passeports sont dûment estampillés au moment de l’arrivée et au moment du départ », et elle recommande aux passagers de veiller à ce que leur passeport ait été estampillé avant de franchir le « comptoir d’immigration » (Inde s.d.g). De même, l’aéroport international Chhatrapati-Shivaji (Mumbai) et l’aéroport international Indira-Gandhi affirment que le contrôle d’immigration est obligatoire pour tous les passagers qui arrivent ou partent à bord de vols internationaux (aéroport international Chhatrapati-Shivaji s.d.; aéroport international Indira-Gandhi s.d.). L’aéroport international Chhatrapati-Shivaji fait également observer que le contrôle d’immigration a lieu après le contrôle de sécurité (aéroport Chhatrapati-Shivaji s.d.).

Selon le BOI,

[l]es ressortissants indiens qui voyagent à l’étranger doivent posséder un passeport indien valide et une autorisation de voyage pour le pays de destination. L’autorisation de voyage est généralement un visa, qui doit être obtenu avant le départ, sauf dans le cas des pays où il est possible d’obtenir un « visa à l’arrivée » (Inde s.d.h).

De même, Air India précise que les passagers des vols internationaux doivent posséder un [traduction] « passeport valide, un visa et/ou un permis d’entrée valide, ainsi que les certificats sanitaires nécessaires » (Air India s.d.b).

Sans fournir plus de renseignements, le site Internet de l’aéroport international de Cochin, à Kochi, au Kerala, explique que le contrôle d’immigration comprend quatre étapes :

[traduction]

Vérification du passeport ou du titre de voyage pour établir l’identité de son détenteur et vérifier les cas de fraude, etc.

Vérification de l’autorisation du détenteur à quitter le pays ou à y entrer, conformément aux règles et règlements en vigueur;

Confirmation informatique de l’autorisation du passager;

Contrôle sanitaire du Bureau de santé de l’aéroport (aéroport international de Cochin s.d.).

Dans une réponse écrite envoyée à la Lok Sabha [chambre basse du parlement] en décembre 2011, le ministre d’État Mullappally Ramachandran a déclaré que les mesures suivantes avaient été mises en place pour vérifier les titres de voyage :

[traduction]

  1. Utilisation de loupes et de lampes à rayonnement ultraviolet dans tous les aéroports internationaux pour examiner les titres de voyage.
  2. Délivrance de passeports et de visas lisibles à la machine comportant des caractéristiques de sécurité améliorées;
  3. Installation de lecteurs de passeports automatisés et d’appareils servant à examiner les documents douteux aux principaux postes de contrôle de l’immigration, afin de détecter les méthodes de contrefaçon ingénieuses des titres de voyage;
  4. Installation d’appareils servant à examiner les documents douteux afin de vérifier l’authenticité des passeports;
  5. Installation d’un système informatisé de contrôle d’immigration qui vérifie les renseignements sur les passagers fournis dans les passeports afin de prévenir l’usurpation d’identité;
  6. Transmission aux agents de l’immigration des renseignements liés aux passeports délivrés par les Bureaux régionaux des passeports et aux visas délivrés par certaines missions indiennes à l’étranger, afin de permettre les vérifications;
  7. Formation spéciale offerte régulièrement aux agents de l’immigration dans les aéroports pour la détection des titres de voyage frauduleux ou contrefaits (Inde 20 déc. 2011).

Le BOI précise que les ressortissants indiens doivent remplir une carte de départ au moment du départ, sur laquelle ils doivent fournir les renseignements personnels suivants : nom, date de naissance, numéro de passeport, adresse en Inde, numéro de vol, date d’arrivée, et date de l’embarquement (Inde s.d.g). Air India affirme que [traduction] « les formulaires d’embarquement doivent être dûment remplis et remis aux autorités des douanes et de l’immigration avant l’embarquement » (Air India s.d.a).

Cette réponse a été préparée par la Direction des recherches à l'aide de renseignements puisés dans les sources qui sont à la disposition du public, et auxquelles la Direction des recherches a pu avoir accès dans les délais fixés. Cette réponse n'apporte pas, ni ne prétend apporter, de preuves concluantes quant au fondement d'une demande d'asile. Veuillez trouver ci-dessous les sources consultées pour la réponse à cette demande d'information.

Notes

[1] Le Comité parlementaire permanent du transport, du tourisme et de la culture est l’un des 17 comité permanents affiliés aux ministères qui, ensemble, [traduction] « sont responsables de tous les ministères du gouvernement de l’Inde » (Inde s.d.i). Chaque comité est composé [traduction] « [d’]un maximum de 45 membres », dont 30 sont nommés à partir de la Lok Sabha (chambre basse du parlement), et 15 à partir de la Rajya Sabha (chambre haute du parlement) (Inde s.d.i). Les comités exercent les fonctions suivantes relativement aux ministères qui relèvent de leur compétence : évaluer les demandes de subventions, examiner les projets de loi qui leur sont présentés par le président de la Lok Sabha ou celui de la Rajya Sabha, examiner les rapports annuels, et étudier les [traduction] « documents sur les politiques nationales à long terme déposés à la chambre et soumis au comité par le président de la Rajya Sabha ou le président de la Lok Sabha, selon le cas » (Inde s.d.i).

[2] L’AAI est une organisation établie par une loi fédérale en 1995, qui a pour mandat [traduction] « de créer, d’améliorer, d’entretenir et d’administrer les infrastructures d’aviation civile au sol et dans l’espace aérien » en Inde (Inde s.d.j).

Références

Aéroport international Chhatrapati-Shivaji. S.d. « Passenger Travel Information: Immigrations ». [Date de consultation : 30 mars 2017]

Aéroport international de Cochin. S.d. « Airport Guide: Passenger Information ». [Date de consultation : 4 avr. 2017]

Aéroport international Indira-Gandhi. S.d. « Know the Rules: Security and Baggage Advice ». [Date de consultation : 30 mars 2017]

Air India. S.d.a. « Security Procedures ». [Date de consultation : 3 avr. 2017]

Air India. S.d.b. « Documents to Carry ». [Date de consultation : 3 avr. 2017]

The Economic Times. 22 janvier 2015. « Obama In India: Government Tightens Airport Security ». [Date de consultation : 26 avr. 2017]

Factiva. S.d.a. « Source Information: The Economic Times ». (Factiva)

Factiva. S.d.b. « Source Information: Mumbai Mirror ». (Factiva)

The Hindu. 9 août 2015 (mis à jour le 29 mars 2016). Vijaita Singh. « Relax Security Norms at Airports: J&K ». [Date de consultation : 31 mars 2017]

The Hindu. S.d. « About Us ». [Date de consultation : 7 avr. 2017]

Hindustan Times. 9 septembre 2016. « Fake E-Tickets Cases Grow at Delhi Airport; Security Agencies on Alert ». [Date de consultation : 30 mars 2017]

HT Media. S.d. « Hindustan Times ». [Date de consultation : 26 avr. 2017]

Inde. 21 décembre 2015. Parliament of India, Department-Related Parliamentary Standing Committee on Transport, Tourism and Culture. Two Hundred Thirtieth Report. Issues Related to Security at Airports in India. [Date de consultation : 3 avr. 2017]

Inde. 19 janvier 2012. Ministry of Civil Aviation. Aircraft (Security) Rules, 2011. [Date de consultation : 3 avr. 2017]

Inde. 20 décembre 2011. Ministry of Home Affairs. « Steps Taken to Check Fake Visa Travel ». [Date de consultation : 3 avr. 2017]

Inde. S.d.a. Bureau of Civil Aviation Security (BCAS). « About Us ». [Date de consultation : 3 avr. 2017]

Inde. S.d.b. Central Industrial Security Force (CISF). « CISF ». [Date de consultation : 3 avr. 2017]

Inde. S.d.c. Airports Authority of India. « Structure of Bureau of Immigration ». [Date de consultation : 30 mars 2017]

Inde. S.d.d. Bureau of Immigration (BOI). « About Bureau of Immigration ». [Date de consultation : 3 avr. 2017]

Inde. S.d.e. Bureau of Civil Aviation Security (BCAS). « Access of Passengers on the Basis of Soft Copy of E-Ticket ». [Date de consultation : 3 avr. 2017]

Inde. S.d.f. Bureau of Civil Aviation Security (BCAS). « Passengers and Users ». [Date de consultation : 30 mars 2017]

Inde. S.d.g. Bureau of Immigration (BOI). « General Information/Instruction ». [Date de consultation : 30 mars 2017]

Inde. S.d.h. Bureau of Immigration (BOI). « Indian Passengers ». [Date de consultation : 30 mars 2017]

Inde. S.d.i. Parliament of India. « Parliamentary Committees ». [Date de consultation : 20 avr. 2017]

Inde. S.d.j. Airports Authority of India (AAI). « Organization ». [Date de consultation : 27 avr. 2017]

India Today. 8 mars 2017. Ajay Kumar. « CISF to Expand Security Cover, Maintain Vigil at 10 More Airports ». [Date de consultation : 3 avr. 2017]

India Today. 17 septembre 2016. Ankur Sharma. « Barcode Scanners at Airport to Plug Security Gaps ». [Date de consultation : 30 mars 2017]

India Today Group. S.d. « Publications ». [Date de consultation : 26 avr. 2017]

Indian Express. 10 février 2016. Sunny Verma. « Airport Security: A Safety Check for Better Co-ordination ». [Date de consultation : 30 mars 2017]

Mumbai Mirror. 13 janvier 2015. Aditya Anand. « Undercover CISF Men Breach Airport Security ». (Factiva)

Reuters. 23 mars 2016. Victoria Bryan et Jane Wardell. « Airport Security in Spotlight after Brussels Attacks ». [Date de consultation : 30 mars 2017]

The Telegraph (Inde). 24 octobre 2016. Sumi Sukanya Dutta. « Tighter Flight E-Ticket Checks ». [Date de consultation : 3 avr. 2017]

The Telegraph (Inde). S.d. « About Us ». [Date de consultation : 26 avr. 2017]

The Times of India. 7 mars 2017. « ISRO Station, 10 Airports to Get CISF Cover ». [Date de consultation : 3 avr. 2017]

The Times of India. 21 septembre 2016. Pune Mirror. « Now, Barcodes Soon On E-Tickets to Verify Flyers ». [Date de consultation : 20 avr. 2017]

The Times of India. 23 mars 2016. « Brussels Airport Attack Exposes Chink in India's Airport Security ».[Date de consultation : 30 mars 2017]

Autres sources consultées

Sources orales : Inde – Bureau of Immigration (BOI), High Commission of India.

Sites Internet, y compris : aéroport international de Chennai; aéroport international de Kempegowda; aéroport international Rajiv-Gandhi; BBC; Factiva; The Guardian; Inde – Ministry of Civil Aviation; IndiGo Airlines; Jet Airways.

Document annexé

Inde. 21 décembre 2015. Parliament of India, Department-Related Parliamentary Standing Committee on Transport, Tourism and Culture. « Annexure - I ». Issues Related to Security at Airports in India: List of Categorization of Airports under CISF Cover. Two Hundred Thirtieth Report. [Date de consultation : 3 avr. 2017]