Réponses aux demandes d'information

​Les réponses aux demandes d’information (RDI) sont des rapports de recherches sur les conditions dans les pays. Ils font suite à des demandes des décideurs de la CISR.

La base de données contient les RDI en français et anglais archivées depuis sept ans. Les RDI antérieures sont accessibles sur le site Web European Country of Origin Information Network.

Veuillez noter que certaines RDI contiennent des documents annexés qui ne sont pas accessibles ici en version électronique. Pour obtenir une copie d’un document annexé, veuillez en faire la demande par courriel.

2 septembre 2016

SOM105605.EF

Somalie : information sur le clan Degodia, y compris ses caractéristiques particulières, sa répartition géographique, les occupations de ses membres et sa position dans la hiérarchie des clans; information sur le traitement qui lui est réservé (2014-août 2016)

Direction des recherches, Commission de l’immigration et du statut de réfugié du Canada, Ottawa

1. Répartition géographique

Les membres du clan Degodia [Dagodiye, Dagodiya, Dagodia, Dagoodi, Dagoodiye, Degodiya, Degodiye, Degodi] se trouvent dans diverses régions de la Somalie, y compris :

  • le Jubaland [Jubbaland] (doctorant 31 juill. 2016) [le Jubaland est une région créée en 2013 et englobe la région du Gedo, le Moyen-Juba et le Bas-Juba dans le sud de la Somalie (AMISOM s.d.)];
  • la ville de Kismayo [Kismaayo] (Norvège 22 juill. 2011, 5; doctorant 31 juill. 2016);
  • le Bas-Juba (Norvège 22 juill. 2011, 12; HCTV 24 janv. 2016) et le Haut-Juba (ibid.);
  • les régions de Bay [Baay] et de Bakool (ibid.);
  • la région de Gedo (ibid.; Somalia CEWERU déc. 2013, 23-24; Norvège 22 juill. 2011, 5), plus précisément Bardheere (ibid.);
  • les régions de Hiiraan (HCTV 24 janv. 2016; Dalsan Radio 26 janv. 2016) et du Moyen-Shabelle (ibid.);
  • les régions du sud et du nord de la Somalie (ibid.).

Il y a aussi des clans somaliens de Degodia dans le nord-est du Kenya (International Crisis Group 15 févr. 2012; Ambroso mars 2002, 11), le long de la frontière somalienne (ibid.), y compris :

  • dans le comté de Wajir, où trois clans somaliens majeurs sont les Ogaden, les Ajuran et les Degodia, qui y sont [traduction] « majoritaires » (The Standard 23 janv. 2013);
  • à Mandera, dans le nord-est du Kenya, à la frontière avec la Somalie et l’Éthiopie (RFI 22 nov. 2014; Human Rights Watch févr. 2013, 41), où se trouvent des Degodia, des Garre et des Murale; des membres de ces clans [traduction] « vivent également en Éthiopie et en Somalie » (ibid.);
  • à Ashabito, à Rhamu, à Malka Mari et le long de la rivière Daawa (Dalsan Radio 26 janv. 2016).

Une carte des régions où se trouvent les Degodia en Somalie et au Kenya est annexée à la présente réponse.

2. Caractéristiques particulières et occupations des Degodia en Somalie

Selon des sources, les Degodia en Somalie sont des pasteurs nomades (Ambroso mars 2002, 11) ou [traduction] « des pasteurs et des agriculteurs » (doctorant 31 juill. 2016).

D’après un rapport sur les langues et les dialectes somaliens produit par LandInfo, le Centre norvégien d’information sur les pays d’origine (Norwegian Country of Origin Information Centre), le degodiya fait partie d’un groupe de dialectes du nord de la Somalie et est appelé l’af-degodiya (Norvège 22 juill. 2011, 11-12). Les personnes qui parlent le dialecte af-degodiya dans la région côtière du Bas-Juba subissent l’influence des dialectes du Benadir qui sont également parlés dans cette région; l'af-degodiya [traduction] « comporte des caractéristiques particulières de ce fait » (ibid.). Parmi les sources qu’elle a consultées dans les délais fixés, la Direction des recherches n’a pas trouvé d'autres renseignements allant dans le même sens.

La Direction des recherches n’a trouvé aucun renseignement additionnel sur les caractéristiques particulières du groupe ethnique des Degodia.

3. Lignage généalogique et situation du clan

Des sources précisent que les Degodia sont un sous-clan des Hawiye (Ambroso mars 2002, 11; doctorant 20 août 2016; Abbink 2009, 29). D’après The Total Somali Clan Genealogy produit pour le Centre des études africaines (African Studies Centre) de l’Université de Leyde aux Pays-Bas, le lignage clanique des Degodia serait structuré comme suit : Hawiye (famille clanique) - Bah Girel (division/parenté clanique) - Gugundabe (clan) - Degodia (sous-clan) (ibid., 26-29). Les sous-groupes qui forment la lignée descendante des Degodia sont : les Masare, les Fardanow, les Midhimaal, les Gelible, les Dumaal, les Jibrail, les Fau, les Reer Mohamud, les Mau et les Samatar (ibid., 29).

Dans une communication écrite envoyée à la Direction des recherches, un doctorant à l’Université d’Oxford spécialisé dans les études somaliennes et les conflits entre clans, a expliqué que les Degodia appartiennent au groupe clanique Hawiye, mais [traduction] « il est rare qu’ils fassent appel au groupe élargi pour de l’aide ou de la protection [… parce qu’]ils ne font pas partie des clans Hawiye majoritaires, puissants et influents tels que les Abgaal, les Habar Gidir, les Hawaadle et même les Murusade » (doctorant 20 août 2016). Dans une communication écrite envoyée à la Direction des recherches, un chercheur de Minority Rights Group International (MRG) dont les travaux portent sur la Somalie a affirmé que les Degodia constituent un sous-clan d’un clan majeur, et qu’ils ne sont pas considérés comme étant une minorité par MRG (MRG 18 août 2016).

4. Activités des Degodia et traitement qui leur est réservé dans le sud de la Somalie

D’après le doctorant, les Degodia sont [traduction] « marginalisés dans les régions du sud » de la Somalie (20 août 2016). La même source a expliqué que depuis la création dans le sud du pays du [traduction] « mini-État » du Jubaland dominé par les Ogaden, un sous-clan du clan Daroud, les Degodia sont « exclus » et subissent « une marginalisation et une humiliation sociopolitiques » (ibid., 31 juill. 2016). Selon l’International Crisis Group, [traduction] « la possibilité d’un État semi-autonome dans le sud de la Somalie, dominé politiquement par les Ogaden, pourrait ne pas être accueillie favorablement par les clans minoritaires marginalisés du nord-est du Kenya, tels que les Ajuran et les Degodia [somaliens] » (15 févr. 2012, 13). Pour obtenir des renseignements additionnels sur la création de l’État du Jubaland en 2013, la violence connexe et ses répercussions sur les clans, y compris les Ajuran, qui sont eux aussi affiliés aux Hawiye et qui habitent un territoire similaire à celui des Degodia, veuillez consulter la réponse à la demande d’information SOM105590 d’août 2016.

Des sources citent des dirigeants du clan Degodia selon lesquels ils avaient été écartés durant les consultations avec le gouvernement fédéral concernant la création des nouvelles régions de l’Hiiraan et du Moyen-Shabelle; des porte-parole du clan ont qualifié le processus d’inéquitable (Dalsan Radio 26 janv. 2016; HCTV 24 janv. 2016). D’après la station somalienne Horn Cable TV, les Degodia, décrits comme étant [traduction] « un élément du tissu moral du clan Hawiye », ont quitté la conférence parce que le groupe n’était pas inscrit dans le tableau des tribus qui vivent dans ces deux régions, bien que les dirigeants aient fait valoir que leur groupe y habitait bel et bien (ibid.).

Parmi les sources qu’elle a consultées dans les délais fixés, la Direction des recherches n’a trouvé aucun renseignement sur des incidents de violence concernant des Degodia en Somalie, y compris des d’assassinats ciblés de Degodia en raison de leur appartenance clanique.

5. Problèmes transfrontaliers et traitement réservé aux Degodia dans les regions frontalières du Kenya et de la Somalie

Des sources signalent que les clans somaliens Degodia et Ajuran dans le nord-est du Kenya se livrent à un conflit de longue date (Ambroso mars 2002, 12; DRC 2014, 105).

Dans une évaluation des conflits dans le nord du Kenya et au Somaliland produite en mars 2015 par le Groupe danois du déminage (Danish Demining Group - DDG) [1] du Conseil danois pour les réfugiés (Danish Refugee Council - DRC), il est écrit que [traduction] « le comté de Mandera est présentement le théâtre de certains des pires incidents de violence armée au Kenya », laquelle est animée par deux dynamiques distinctes : les affrontements entre les clans Garre et Degodia, et les attaques transfrontalières lancées par al-Shabaab à partir de la Somalie (DRC mars 2015, 93). Des sources qualifient les violences entre les clans Degodia et Garre à Mandera de « fréquentes » (RFI 12 mai 2013) ou [traduction] « [d’]actives » depuis 2011, en raison de différends touchant la représentation politique et le commerce transfrontalier (Somalia CEWERU déc. 2013, 24). D’après un rapport de Human Rights Watch, les violences entre les communautés Garre et majoritairement Degodia à Mandera [traduction] « ont éclaté en Somalie à la fin de 2011 et ont traversé la frontière du Kenya en 2012 » (Human Rights Watch févr. 2013, 41). La même source précise que le conflit s’est intensifié à la suite d’une attaque en juillet 2012 contre les Degodia et que, en août 2012, celuici avait fait 40 morts parmi les civils et entraîné le déplacement de 60 000 personnes des deux côtés (ibid.). Selon le rapport de 2013, les clans Degodia et Garre ont tous les deux des combattants [traduction] « prêts à riposter aux attaques des clans rivaux », parce que la police ne répond pas aux « demandes de protection » (ibid.). Dans une entrevue avec les Réseaux d’information régionaux intégrés (IRIN) des Nations Unies en 2014, le secrétaire général de Société de la Croix-Rouge kenyane a décrit les milices des Degodia et des Garre dans le nord-est du Kenya comme suit : [version française des Nations Unies] « ce sont des hommes armés, entraînés et qui, pour certains, portent un uniforme et ils agissent à leur guise » (Nations Unies 2 sept. 2014).

Le journal kenyan The Star cite les propos d’un dirigeant communautaire Degodia en 2014 selon lesquels les affrontements entre les Garre et les Degodia sont le fruit de [traduction] « "plans néfastes visant à expulser la communauté Degodia [somalienne] du comté de Mandera" » (The Star 1er sept. 2014), tandis qu'IRIN précise que les Degodia se sentent exclus politiquement à Mandera (Nations Unies 2 sept. 2014). Des sources signalent des exemples d’affrontements dans cette région frontalière du Kenya impliquant les Degodia :

  • IRIN signale que, en date d’août 2014, un total de 18 000 familles avaient été déplacées et 77 personnes avaient perdu la vie à la suite des affrontements entre les Degodia et les Garre à Mandera (Nations-Unies 2 sept. 2014);
  • deux personnes sont mortes en raison des violences entre les clans Degodia et Garre en juillet 2015 (Daily Nation 2 juill. 2015);
  • en 2015, les clans somaliens Degodia et Ajuran se sont combattus dans la région de Moyale dans le nord-est du Kenya, faisant 6 morts (Hiraan Online 6 août 2015);
  • en août 2015, des affrontements entre les clans Degodia et Ajuran le long de la frontière d’Eldas et de Wajir Nord ont fait 15 morts et 9 blessés (É.-U. 13 avr. 2015, 49);
  • tout au long de 2015, les violences entre les clans Garre et Degodia se sont poursuivies dans les comtés de Mandera et de Wajir, faisant plusieurs morts (ibid., 48).

6. Activités d’al-Shabaab dans les régions habitées par des Degodia

L’Unité d’alerte et d’intervention rapide en cas de conflit en Somalie (Somalia Conflict Early Warning Early Response Unit - Somalia CEWERU) [2] a produit un rapport de cartographie des conflits en 2013; selon ce rapport, la région du Gedo, qui était sous le contrôle d’al-Shabaab en 2013, est le théâtre d’assassinats ciblés contre [traduction] « quiconque est perçu comme étant opposé au groupe » (Somalia CEWERU déc. 2013, 19). De même, le doctorant a expliqué qu’al-Shabaab [traduction] « cible les clans de manière aléatoire » pour recruter des effectifs et soutirer des ressources (31 juill. 2016). La même source a ajouté, sans fournir de précisions, qu’il y avait des incidents où des Degodia se faisaient harceler par Al Shabaab à des fins de recrutement, et que les Degodia qui sont la cible de tels efforts en vue de recruter des effectifs et de soutirer des ressources sont principalement ceux qui vivent le long de la frontière du Kenya (ibid. 29 août 2016). Parmi les sources qu’elle a consultées dans les délais fixés, la Direction des recherches n’a pas trouvé d'autres renseignements allant dans le même sens.

D’après Radio France internationale, en novembre 2014, al-Shabaab a tué 28 non-musulmans lors d’une attaque contre un autobus civil à Mandera (RFI 22 nov. 2014). Des sources signalent qu’al-Shabaab se sert de Mandera comme point de passage de la Somalie au Kenya pour mener ses attaques (ibid.; Hiiraan Online 20 mai 2014).

Selon le doctorant, al-Shabaab concentre fortement ses attaques dans la région frontalière entre la Somalie et le Kenya où vit le clan Degodia (31 juill. 2016). En 2014, IRIN a cité les propos du gouverneur du comté de Mandera selon lesquels il disposait [version française des Nations Unies] « d’informations selon lesquelles les Degodia ont demandé de l’aide à des membres d’Al Shabab » durant un conflit clanique et al-Shabaab était impliqué dans des attaques lancées à Mandera (Nations Unies 2 sept. 2014). Parmi les sources qu’elle a consultées dans les délais fixés, la Direction des recherches n’a pas trouvé d'autres renseignements allant dans le même sens ni aucun renseignement additionnel.

D’après la source d’informations somalienne Sabahi Online, en mai 2014, dans une ville frontalière près de Mandera, [traduction] « de présumés membres d’Al-Shabaab » ont attaqué une équipe de sécurité qui était en route vers une réunion de pourparlers de paix entre les Degodia et les Garre; les agresseurs se sont enfuis en direction de la Somalie (Sabahi Online 20 mai 2014). Parmi les sources qu’elle a consultées dans les délais fixés, la Direction des recherches n’a pas trouvé d'autres renseignements allant dans le même sens.

Cette réponse a été préparée par la Direction des recherches à l’aide de renseignements puisés dans les sources qui sont à la disposition du public, et auxquelles la Direction des recherches a pu avoir accès dans les délais fixés. Cette réponse n’apporte pas, ni ne prétend apporter, de preuves concluantes quant au fondement d’une demande d’asile. Veuillez trouver ci-dessous les sources consultées pour la réponse à cette demande d’information.

Notes

[1] Le DDG est une [traduction] « unité de déminage à des fins humanitaires » du Conseil danois pour les réfugiés (Danish Refugee Council - DRC) (DDG s.d.). Le DRC est une ONG humanitaire sans but lucratif qui assure [traduction] « une assistance directe aux populations touchées par les conflits », y compris les réfugiés, les personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays et les communautés hôtes, en administrant des programmes de soutien tels que [traduction] « des secours d’urgence et d’autres types d’aide humanitaire, la réadaptation et le soutien pour le retour à la maison »; de plus, le DRC contribue à la promotion de solutions durables (DRC s.d.).

[2] Le CEWARN est un réseau de partenaires gouvernementaux et non gouvernementaux du Soudan, du Sud-Soudan, de l’Ouganda, du Kenya, de la Somalie, de l’Éthiopie, de Djibouti et de l’Érythrée qui communique des renseignements sur des conflits qui risquent de devenir violents (CEWARN s.d.). Il a produit un rapport de cartographie des conflits en 2013, financé par les gouvernements de la Norvège et de la Suisse (Somalia CEWERU sept. 2013, 4).

Références

Abbink, Jan. 2009. The Total Somali Clan Genealogy (Second Edition). Working Paper, African Studies Centre, Leiden University. [Date de consultation : 20 juill. 2016]

Ambroso, Guido. Mars 2002. Clanship, Conflict and Refugees: An Introduction to the Somalis in the Horn of Africa. [Date de consultation : 26 juill. 2016]

African Union Mission in Somalia (AMISOM). S.d. Sector II Profile - Kismayo. [Date de consultation : 20 août 2016]

Conflict Early Warning and Response Mechanism (CEWARN). S.d. « About CEWARN ». [Date de consultation : 24 août 2016]

Daily Nation. 2 juillet 2015. Manase Otsialo. BBC Monitoring Africa. « Nine Killed in Kenyan County Attack by Clan Militia from Somalia - Report ». (Factiva)

Dalsan Radio. 26 janvier 2016. « Degodia Tribe in Somalia Missing from the Tribes’ Table List, and Calls Jowhar Conference Unfair ». (Factiva)

Danish Demining Group (DDG). S.d. « About Danish Demining Group ». [Date de consultation : 24 août 2016]

Doctorant, University of Oxford. 29 août 2016. Communication écrite envoyée à la Direction des recherches.

Doctorant, University of Oxford. 20 août 2016. Communication écrite envoyée à la Direction des recherches.

Doctorant, University of Oxford. 31 juillet 2016. Communication écrite envoyée à la Direction des recherches.

Danish Refugee Council (DRC). Mars 2015. Danish Demining Group (DDG). Conflict Assessment 2014: Northern Kenya and Somaliland. [Date de consultation : 20 août 2016]

Danish Refugee Council (DRC). S.d. « Facts About DRC ». [Date de consultation : 24 août 2016]

États-Unis (É.-U.). 13 avril 2016. « Kenya ». Country Reports on Human Rights Practices for 2015. [Date de consultation : 22 août 2016]

Horn Cable TV (HCTV). 24 janvier 2016. Hassan Galaydh. « Somalia: Degodia Tribe in Somalia Banished from Jowhar Conference ». [Date de consultation : 21 août 2016]

Hiraan Online. 6 août 2015. « Miraa Supplier Caught Up in Inter-clan Fighting ». [Date de consultation : 20 août 2016]

Hiraan Online. 20 mai 2014. « 8 Dead in Fresh Alshabaab Attacks in Mandera ». [Date de consultation : 22 août 2016]

Human Rights Watch. Février 2013. High Stakes: Political Violence and the 2013 Elections in Kenya. [Date de consultation : 22 août 2016]

International Crisis Group. 15 février 2012. The Kenyan Military Intervention in Somalia. Africa Report No. 184. [Date de consultation : 20 août 2016]

Minority Rights Group International (MRG). 18 août 2016. Communication écrite envoyée à la Direction des recherches par un chercheur spécialiste de la Somalie.

Nations Unies. 2 septembre 2014. Réseaux d’information régionaux intégrés (IRIN). « Red Cross to Kenyatta: Send Troops to Quell Clan Clashes ». (Factiva)

Norvège. 22 juillet 2011. The Norwegian Country of Origin Information Centre (Landinfo). Somalia: Language Situation and Dialects. [Date de consultation : 23 juill. 2016]

Radio France internationale (RFI). 22 novembre 2014. « Kenya: 28 voyageurs exécutés à la frontière somalienne ». [Date de consultation : 22 août 2016]

Radio France internationale (RFI). 12 mai 2013. « Kenya: des hommes armés attaquent un commissariat et tuent un policier à Mandera ». [Date de consultation : 22 août 2016]

Sabahi Online. 20 mai 2014. « Suspected Al-Shabaab Militants Attack Two Convoys in Mandera ». (Factiva)

Somalia Conflict Early Warning Early Response Unit (Somalia CEWERU). Décembre 2013. From the Bottom Up: Southern Regions - Perspectives Through Conflict Analysis and Key Political Actors’ Mapping of Gedo, Middle Juba, Lower Juba, and Lower Shabelle. [Date de consultation : 23 juill. 2016]

The Standard. 23 janvier 2013. Boniface Ongeri. « Kenya: Two Aspirants Defy Clan Deal to Fight for Senate Seat ». [Date de consultation : 22 août 2016]

The Star. 1er septembre 2014. Patrick Vidija. « Mandera Leaders Condemn Clan Killing of Children, Mums ». (Factiva)

Autres sources consultées

Sources orales : anthropologue, Max Planck Institute for Social Anthropology; Center for Research and Dialogue Somalia; chercheur indépendant; doctorant, histoire et études africaines, University of Oxford; Human Rights Watch; IIDA (Women’s Development Organization); maître de conférences en études du développement, University of London; professeur agrégé d’histoire, University of Pennsylvania; professeur d’anthropologie, Colby College; professeur d’histoire, Rutgers University; professeur de sciences politiques, Davidson College; professeur de sciences politiques, Northwestern University.

Sites Internet, y compris : Africa Confidential; African Arguments; Amnesty International; Anti-Tribalism Movement; BBC; ecoi.net; Factiva; Freedom House; Garowe Online; Hiiraan Online; Horn of Africa Bulletin; Human Rights Watch; Institute for Security Studies Africa; Institute for War and Peace Reporting; Internal Displacement Monitoring Centre; IRIN; Nations Unies - PNUD, Refworld, Reliefweb; Puntlandi.com; Puntland News24; Puntland Post; Radio Banadir; Raxanreeb; Shabelle Media Network; Somalia Current; Somaliland Press; Somaliland Times; Sonna.net.

Document annexé

Union européenne (UE). Août 2014. Bureau européen d’appui en matière d’asile (EASO). « Clan Maxap - Abikar 1999 ». Dans EASO Country of Origin Information Report: South and Central Somalia Country Overview. [Date de consultation : 26 juill. 2016]